image

Reportage TEMPS PRÉSENT de la RTS
"Quand je serai vieux, je serai pauvre"

image
 Article


Accueil > Archives > Votation cantonale du 3 mars

 Votation cantonale du 3 mars

mardi 26 février 2013

Salaires minimums dans le Jura : une question de justice et de décence !
La position que notre Canton occupe au classement des bas salaires est indigne de la volonté clamée sur tous les toits par notre Gouvernement de développer l’économie régionale. Le Jura est avant-dernier de liste, devant le Tessin.
Les autorités sont pourtant bien lestes à se référer aux classements de Bilanz quand il s’agit de fiscalité. Et de décréter qu’il faut sortir séance tenante de l’enfer fiscal qu’on nous dépeint à longueur d’année.
L’enfer salarial dans lequel sont plongés des milliers de travailleur-euse-s de ce Canton ne provoque pas la même réaction zélée des élus du peuple !
Et la question ne date pas d’aujourd’hui, ni de 2004, date des premiers accords sur la Libre circulation des personnes. Le Jura a toujours été une région de bas salaires.
Mais depuis 2004 et la mise en concurrence féroce des travailleur-euse-s, les milieux économiques et patronaux ont commis une faute d’appréciation très grave.
Au moment des scrutins sur les accords bilatéraux et sur la libre circulation des personnes, le monde politique et les milieux économiques ont donné la garantie que les conditions de travail et de salaire allaient être protégées.
Ce "contrat moral" passé à l’époque avec les salarié-e-s de ce pays est sur le point de tourner au marché de dupes !
Les salaires dans le Jura subissent d’énormes pressions et n’évoluent pas au rythme de l’économie. Pire, des cas de sous-enchère salariale la plus crasse sont régulièrement dénoncés !
On connaît la situation de tous ces salarié-e-s de l’industrie régionale qui se crèvent l’âme pour 3’500 francs environ par mois. Il s’agit de plusieurs milliers de personnes dont les salaires ne progressent plus depuis des années.
A ceux-ci s’ajoutent maintenant une proportion toujours plus grande de salaires simplement indécents ! Qui peut croire qu’un-e salarié-e peut vivre avec un salaire de moins de 4’000 brut francs par mois (environ 3’450 francs net) ?
A fortiori avec moins e 3’000 francs brut (environ 2600 francs net). ?
La classe politique en place et les milieux économiques continuent d’ergoter sur le pourquoi et le comment agir ! La préservation des intérêts des plus riches est au centre de leur préoccupation !
CS-POP Jura pense qu’il est grand temps d’agir et appelle toutes les citoyen-ne-s à voter OUI le 3 mars prochain à l’initiative pour un Jura aux salaires décents.