VOTATIONS - Mots d'ordre du POP jurassien

le 25 novembre 2018


- Initiative populaire du 23 mars 2016 «Pour la dignité des animaux de rente agricoles (Initiative pour les vaches à cornes)» - OUI

- Initiative populaire du 12 août 2016 «Le droit suisse au lieu de juges étrangers (initia- tive pour l’autodétermination)» - NON

- Modification du 16 mars 2018 de la loi fédérale sur la partie générale du droit des as- surances sociales (LPGA) (Base légal pour la surveillance des assurés) - NON


 Article


Accueil > Archives > 11 mars 2007 - Ne cédons pas à la désinformation !

 11 mars 2007 - Ne cédons pas à la désinformation !

dimanche 11 mars 2007

L’initiative comporte deux principes simples, l’institution d’une caisse-maladie unique pour l’assurance de base et la fixation des primes tenant compte de la capacité économique (comme dans tous les autres pays européens). A juste titre, on s’en est tenu aux principes puisqu’il s’agit de rédiger des articles de la Constitution. Les opposants ont eu pour tactique de noyer ces idées simples dans un brouillard de chiffres imaginaires, de modèles falsifiés et d’arguments mensongers. Par exemple, comment peut-on prétendre que les frais administratifs seront plus élevés avec une seule caisse qu’avec 87 ? Et, comme le PDC-Jura, que les familles des classes moyennes paieront plus, alors qu’elles ne devront plus payer pour leurs enfants ?

Cette désinformation a pour but de dérouter beaucoup d’électeurs, de susciter la peur du changement. Car les opposants eux-mêmes ont peur, peur d’un « bon exemple », celui d’une mesure n’allant pas dans le sens des privatisations et qui amènerait une nette amélioration. Leur combat est celui de l’intérêt des plus riches et de l’idéologie libérale contre une idée sociale admise par de larges milieux.

La santé ne doit pas être soumise à l’économie marchande. C’est un droit fondamental qui ne doit pas coûter 15 ou 20 % des revenus de certaines familles et une peccadille (de l’ordre de 1 0/00, ou moins) pour les plus riches.

Il est temps de reprendre un contrôle citoyen sur un aspect fondamental de notre existence. Votons OUI le 11 mars !