VOTATIONS - Mots d'ordre du POP jurassien

le 23 septembre 2018

- Arr fédérale concernant les voies cyclable et les chemins pédestres - OUI

- Initiative pour des aliments équitables - OUI

- Initiative pour la souveraineté alimentaire - OUI



le 25 novembre 2018


- Initiative populaire du 23 mars 2016 «Pour la dignité des animaux de rente agricoles (Initiative pour les vaches à cornes)» - OUI

- Initiative populaire du 12 août 2016 «Le droit suisse au lieu de juges étrangers (initia- tive pour l’autodétermination)» - NON

- Modification du 16 mars 2018 de la loi fédérale sur la partie générale du droit des as- surances sociales (LPGA) (Base légal pour la surveillance des assurés) - NON


 Article


Accueil > Archives > 01 décembre 2006 - Baisse du taux de conversion du 2ème pilier

 01 décembre 2006 - Baisse du taux de conversion du 2ème pilier

vendredi 1er décembre 2006

Deuxième pilier : la part belle aux actionnaires

Pascal Couchepin refait des siennes. Il a décidé, la semaine passée, de baisser le taux de conversion du deuxième pilier de 7,2% à 6,4%. En clair, pour un avoir de 100’000 francs, les retraités verront leur rente annuelle passer de 7200 à 6400 francs.

Cette mesure est d’autant plus scandaleuse que, parallèlement, les caisses de pensions accumulent des plus-values boursières pharaoniques, gonflant leurs réserves en toute opacité. Leur taux de couverture moyen pour 2006 avoisine 107 % ! Comparativement, les caisses-maladies sont à 20-25%.

Le calcul du ministre de l’insécurité sociale est simple : bien que le taux de rendement moyen des caisses se situe à 10%, on applique le taux le plus bas des institutions de prévoyance professionnelle (2,5 % inscrits dans la loi).

De nombreuses caisses « servent » dès lors le minimum à leurs affiliés retraités. Le reste part directement dans les poches des actionnaires.

Il existe un besoin évident de transparence en présentant de façon claire les gains du 2ème pilier. Il faut également que les excédents profitent avant tout aux salariés (90% ou plus, comme le prévoit la loi).

Et surtout, il faut rapprocher le mode de redistribution du deuxième pilier de celui de l’AVS, plutôt que de renforcer le système actuel de capitalisation individuelle qui accentue, avec le passage à la retraite, les inégalités salariales subies dans la vie professionnelle.