VOTATIONS - Mots d'ordre du POP jurassien

le 25 novembre 2018


- Initiative populaire du 23 mars 2016 «Pour la dignité des animaux de rente agricoles (Initiative pour les vaches à cornes)» - OUI

- Initiative populaire du 12 août 2016 «Le droit suisse au lieu de juges étrangers (initia- tive pour l’autodétermination)» - NON

- Modification du 16 mars 2018 de la loi fédérale sur la partie générale du droit des as- surances sociales (LPGA) (Base légal pour la surveillance des assurés) - NON


 Article


Accueil > Presse > Gauchebdo > Gauchebdo - N° 4 / 23 janvier 2009 - Mauvais départ à la Mairie

 Gauchebdo - N° 4 / 23 janvier 2009 - Mauvais départ à la Mairie

vendredi 23 janvier 2009

Sitôt élu à Delémont, l’élu PDC Pierre Kohler fait un « caprice de politicien gâté".

Sitôt élu, Pierre Kohler, le nouveau maire PDC de Delémont, avertissait que si on lui mettait des bâtons dans les roues, il démissionnerait. Un peu surprenant le fait d’évoquer une éventuelle démission, le jour même de son élection.

Sitôt entré en fonction, sans en parler avec ses collègues de l’exécutif, qui l’apprendront par les médias, peu après leur séance constitutive, il prenait une décision illégale, car ne relevant pas de sa compétence, et la faisait appliquer très rapidement par un changement de signalisation. Il autorisait ainsi le parcage des voitures durant tout le week-end dans la cour du Château, alors qu’il y a quelques années, l’interdiction de parquer avait fait l’objet d’un dépôt public et qu’en 2007, le Conseil de ville (législatif) avait refusé une motion demandant un assouplissement de cette interdiction.

« Démissionnaire »

De quoi s’attirer « des bâtons dans les roues » et démissionner ? Si vite ? Tout de même pas, mais presque, puisque lundi matin, très fâché, il a quitté le Conseil communal en pleine séance en se disant « démissionnaire ». Et ce n’est que mardi soir que les conseillers communaux ont appris qu’il ne démissionnait pas.

Que s’était-il passé ? Les trois conseillers non PDC (un chrétien-social, un socialiste et l’élu de Combat socialiste-POP-Verts) ont voté, après une discussion très animée, l’annulation de sa décision. Le problème évoqué n’est certes pas d’une importance capitale, mais c’est surtout la façon de procéder qui devait être sanctionnée, pour rappeler au maire quelques règles élémentaires, qu’en tant qu’avocat et ancien ministre, il devrait connaître.

On peut imaginer l’ambiance qui régnera ces prochains temps au Conseil communal, mais on espère que le maire aura à l’avenir un comportement plus démocratique et ne fera plus de « caprice de politicien gâté », selon le commentaire d’un journaliste de L’Impartial qui le connaît bien : c’est un ancien camarade de classe.

Jean-Pierre Kohler