image

Reportage TEMPS PRÉSENT de la RTS
"Quand je serai vieux, je serai pauvre"

image
 Article


Accueil > Presse > Gauchebdo > Gauchebdo - N° 23 / 6 juin 2008 - LES DELEMONTAIN VEULENT REDUIRE LE NOMBRE (...)

 Gauchebdo - N° 23 / 6 juin 2008 - LES DELEMONTAIN VEULENT REDUIRE LE NOMBRE DE LEURS ELUS - Priorité aux économies (supposées)

mardi 10 juin 2008

Les électeurs ont aussi refusé la création d’un poste de délégué au développement durable. L’argument du porte-monnaie agité par la droite à triomphé.

Les Delémontains ont voté avec leur porte-monnaie, du moins le croient-ils, car les économies promises par les vainqueurs des deux scrutins sont aléatoires. La réduction du nombre d’élus, de 7 à 5 pour l’exécutif, et de 51 à 41 pour le législatif, a été très nettement approuvé par le peuple (69 %, 2191-989). La majorité a suivi le PDC et le PS, qui s’est illustré par un beau slogan « Faire mieux avec moins ». Il sera sans doute repris par ceux qui veulent réduire le Parlement cantonal à 40 notables. En ce qui concerne le législatif, le PS voulait atténuer son problème chronique d’avoir trop d’élus par rapport au nombre de candidats. Actuellement, la moitié de leur groupe est constituée de personnes qui n’étaient pas candidates.

A l’exécutif, on avait 5 partis représentant 92 % de l’électorat. En extrapolant les résultats de 2004, on ne trouverait plus que 3 partis en représentant 65 %, le PS, le PDC et …CS-POP, qui ne dépassait que de quelques petits suffrages les radicaux et les chrétiens-sociaux.

L’autre objet consistait à financer, avec une petite taxe représentant en moyenne 14 francs annuels par ménage, une politique de l’énergie et du développement durable, avec la création d’un poste de délégué (sans augmenter l’effectif du personnel). Les Delémontains ont suivi la droite et n’en ont pas voulu (59 % de non). Ce double vote est un succès pour l’idéologie de droite, à travers une politique d’économies au détriment d’une représentation plus démocratique et du développement durable. Mais il n’est pas sûr que des économies seront vraiment réalisées. Les 5 conseillers communaux auront au total le même taux d’occupation que les 7 précédents et l’amaigrissement du Conseil de ville n’économisera qu’environ 6000 francs. Un ingénieur chef de service sera remplacé par un ingénieur tout court, donc un peu moins payé. Mais la mise à l’écart de l’exécutif de deux partis représentant près de 30 % de l’électorat risque d’augmenter le rythme des référendums, ce qui entraînera des coûts. De même que la part de consommation d’énergie qu’on aurait pu économiser avec une politique énergétique et son délégué.

Jean-Pierre Kohler