image

Reportage TEMPS PRÉSENT de la RTS
"Quand je serai vieux, je serai pauvre"

image
 Article


Accueil > Presse > Gauchebdo > Gauchebdo - Delémont : échec pour les jeunes et la culture

 Gauchebdo - Delémont : échec pour les jeunes et la culture

lundi 3 novembre 2008

Les citoyennes et citoyens de Delémont ont refusé par 52,3 % des voix le petite augmentation de quotité d’impôt qui aurait permis de fiancer trois projets sportif et culturels. Amère déception pour les milieux des sports de glace, des jeunes et de la culture qui ont fait campagne ensemble.
- Il y a plusieurs facteurs à cet échec. Toute augmentation d’impôt, même si celle-ci était plus que compensée par une baisse simultanée de l’impôt cantonal, suscite évidemment de l’opposition. Et les partis de droite prônaient le non en faisant croire qu’on pouvait se passer de cette augmentation, eux qui dénoncent toujours le moindre déficit public.

La vengeance des golfeurs

On a aussi constaté que certaines associations sportives, bien servies dans les années précédentes (par exemple le club de football des SRD), n’ont pas montré de solidarité avec les clubs de hockey et de patinage. Et on a même entendu certains partisans du projet de golf, refusé en 2007, dire qu’ils votaient non par une sorte de « vengeance », comme si les
associations qui étaient derrière les trois projets y étaient pour quelque chose.
- Comme ceux qui prônaient le non se disaient quand même en faveur de deux, voire des trois projets, on peut imaginer qu’on trouvera une solution pour l’un ou l’autre. Des motions ont été déposées au Conseil de ville et le groupe CS-POP a demandé une séance extraordinaire cette année encore pour essayer de sauver ce qui peut l’être. Pour la patinoire, il faut une
solution très rapide ou c’est la fermeture à fin février 2009.

Indispensable centre culturel

Presque personne ne combattait le centre de jeunesse et de culture, on espère que le projet n’est pas enterré. Pour la salle St-Georges, le Conseil communal propose des améliorations pour un million au lieu de la
transformation en vraie salle de spectacles devisée à 4,8 millions.

Jean-Pierre Kohler