image

Reportage TEMPS PRÉSENT de la RTS
"Quand je serai vieux, je serai pauvre"

image
 Article


Accueil > Archives > Communiqués - Qui va payer la crise ?

 Communiqués - Qui va payer la crise ?

dimanche 26 octobre 2008

Communiqué de presse du PST-POP

Berne, le 19 octobre 2008

Certainement pas les dirigeants des organismes financiers, même si pour une partie d’entre eux ils reverseront une partie de leurs bonus. Par contre, les rentiers actuels et à venir, dont la crise mangera le capital des caisses de pension et les licencié-e-s des banques et les employés-es de PME dont le poste de travail sera détruit parce que les
banques auront resserré les crédits.

Mais par dessus tout, les personnes pauvres de Suisse verront leurs maigres prestations sociales raccourcies et les habitants de pays en voie de développement ne recevront jamais les 14 milliards USD nécessaires pour faire aboutir les programmes de lutte contre la pauvreté.

En Suisse, le Conseil fédéral met à disposition d’UBS plus de 60 milliards de francs, soit 4 fois le montant que tous les pays du monde auraient dû mettre à disposition pour faire baisser la pauvreté mondiale de moitié jusqu’à 2015, à savoir pour remplir les exigences de l’objectif du millénaire contre la pauvreté de l’ONU.

Le Parti suisse du Travail est scandalisé par la socialisation des pertes de la place financière qu’engendre cette nouvelle décision, sans que soit modifié le principe selon lequel les bénéfices restent en mains privées. Cette solution n’est pas celle du PST qui propose au contraire de socialiser le système bancaire et de le placer sous le contrôle démocratique. La surveillance bancaire actuelle a montré ses limites et doit être remplacée par un réel contrôle démocratique et participatif de l’ensemble de la population.

Le Parti suisse du Travail s’étonne en particulier du peu d’échos que rencontrent les vraies réflexions structurelles qui pourraient amener de nouvelles pistes à la crise actuelle, notamment

- passer d’un système de capitalisation des rentes (2e pilier), qui jette des milliers de travailleurs dans les bras d’un système inique, à un système basé sur la solidarité à l’exemple de l’AVS ;

- repenser globalement les bases de l’existence humaine dans la société, actuellement fondée sur l’argent et le profit.

Toute crise pouvant par définition être source de renouveau, il est temps pour l’ensemble des perdants du système (et ils sont nombreux) de se mobiliser en vue de définir les fondements d’une société plus juste et plus solidaire.

Personne de contact pour toute question ultérieure

Mme Eva Fernandez, membre du Comité directeur du PST, 032 913 43 82 / 076 417 02 87

Télécharger ce communiqué (F/D)