image

Reportage TEMPS PRÉSENT de la RTS
"Quand je serai vieux, je serai pauvre"

image
 Article


Accueil > Presse > Gauchebdo > Gauchebdo - N° 6 / 8 février 2008 - Pas de piste d’atterissage dans les (...)

 Gauchebdo - N° 6 / 8 février 2008 - Pas de piste d’atterissage dans les bocages !

mercredi 13 février 2008

Le 24 février, deux objets seront soumis aux électeurs du canton du Jura. L’un concerne les heures d’ouverture des magasins, nous y viendrons la semaine prochaine. Le second porte sur l’initiative pour la protection des paysages bocagers jurassiens, qui avait été lancée simultanément avec celle visant à empêcher la construction d’un aérodrome à Bressaucourt. Conscient du risque d’invalidation de celle-ci par le Parlement, parce que l’autorisation relève du droit fédéral, le comité l’avait accompagnée d’une autre, de portée plus générale, protégeant les ensembles bocagers de plus de 2 km2, dont fait partie le terrain prévu pour l’aérodrome. D’ailleurs, dans une étude préalable, ce site avait été écarté, mais suite au refus d’autres communes, on y est revenu.

Les opposants à l’aérodrome arguent notamment que le besoin d’une telle infrastructure n’est nullement démontré, car on constate depuis 1991 une baisse générale d’activité dans ce type d’aviation. C’est donc un projet disproportionné, inutile et coûteux. Sa réalisation aurait de graves répercussions pour l’agriculture, la faune, la flore, le paysage, la qualité de l’air et le bruit. De plus, on est dans une zone de protection des eaux souterraines. Une pollution atteindrait en 5 heures le puits de captage du village et dans la journée la source d’un village voisin.

Lenteur et contradictions gouvernementales

Le gouvernement avait décidé de donner suite à l’initiative, en rédigeant un projet de loi, mais il avait tellement tardé que le Parlement n’a plus eu le temps de la traiter dans les délais légaux. Il n’y avait donc pas de garantie quant au texte définitif. L’initiative a donc logiquement été maintenue.

Aujourd’hui le gouvernement recommande de voter non, car le comité d’initiative a indiqué qu’un des buts était d’empêcher la réalisation de l’aérodrome. De plus il reproche au texte de l’initiative une disposition qu’il avait lui-même repris dans son projet de loi « empêcher l’implantation d’infrastructures non agricoles de grande envergure ». Le vote ne porte pas sur le projet d’aérodrome, mais l’acceptation de l’initiative serait un signal politique important, même si le Tribunal administratif a estimé qu’elle n’empêcherait pas sa réalisation. Alors pourquoi le Gouvernement la combat-il, alors qu’il l’avait acceptée ?

Toute la gauche jurassienne et les organisations de protection de l’environnement appellent à accepter cette initiative.

Jean-Pierre Kohler