VOTATIONS - Mots d'ordre du POP jurassien

le 25 novembre 2018


- Initiative populaire du 23 mars 2016 «Pour la dignité des animaux de rente agricoles (Initiative pour les vaches à cornes)» - OUI

- Initiative populaire du 12 août 2016 «Le droit suisse au lieu de juges étrangers (initia- tive pour l’autodétermination)» - NON

- Modification du 16 mars 2018 de la loi fédérale sur la partie générale du droit des as- surances sociales (LPGA) (Base légal pour la surveillance des assurés) - NON


 Article


Accueil > Archives > Novembre 2005 - Plan directeur cantonal (PDC) : le jeu du « ni oui ni non (...)

 Novembre 2005 - Plan directeur cantonal (PDC) : le jeu du « ni oui ni non ».

mercredi 30 novembre 2005

L’approbation du Plan Directeur Cantonal par le Parlement jurassien aurait dû marquer un tournant important pour l’avenir de notre Canton. Le projet initial (qui ne nous satisfaisait déjà pas pleinement) a été tellement remanié qu’il ne répond plus aux impératifs minimums d’un Plan Directeur.
PDC ou Pas De Courage politique : le débat sur le Plan Directeur a été caractérisé par la frilosité des élus de droite, en particulier du PDC (le parti cette fois !). Paralysés par la peur de décevoir leur clientèle électorale, ils ont transformé ce que devait être ce Plan Directeur, en un amas de directives, qui peuvent être suivies ou non. La conception directrice d’aménagement du territoire dans le Jura est truffée d’exceptions. Cette façon de faciliter le recours aux dérogations, en fonction des intérêts de circonstance est dangereuse : PDC ou Politique Des Copains.
PDC ou Politique Du Court terme : le plan directeur devait donner la direction à suivre pour les 15 ans à venir. Plus important, il devait permettre de poser les bases d’un projet jurassien de développement durable pour le siècle qui s’ouvre. Le monde politique n’a donné qu’une tragique confirmation : il n’a pas de projet de développement tourné vers l’avenir à proposer à la population. Il s’englue dans une politique à courte vue où la préservation des intérêts particuliers l’emporte sur toute autre considération.
La leçon des échecs du précédent plan n’a pas été retenue. Pire, les amendements apportés à la plupart des fiches posant les véritables principes ont vidé le PDC du peu de sens qui lui restait. On peut regretter que CS-POP ait été seul en tant que groupe à refuser le PDC au vote final. Quel gâchis quand on songe aux mois, voire aux années de travail, de palabres en consultations, pour aboutir à presque rien. Quelle dépense d’énergie inutile pour un résultat aussi décevant ! PDC ou Pour Des Clous !

Télécharger le communiqué